Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CAT carrefour Meylan

Le patron de Carrefour, Georges Plassat, a indiqué sur France Inter qu'il était opposé à l'ouverture des hypermarchés le dimanche et qu'il fallait garder son calme sur la taxe sur les surfaces commerciales, révélant que son groupe avait bénéficié de 110 millions d'euros via le CICE...A l'opposé des positions et du courroux des fédérations de commerçants.

Georges Plassat, PDG de Carrefour, à contre-courant des positions de la Fédération du commerce et de la distribution, de la plupart des autres fédérations - pour l'ouverture du dimanche - et aussi (surtout ? ) de Michel Edouard Leclerc, quant à la taxe sur les surfaces commerciales, votée par les députés ? Sur France Inter, ce matin, il s'est déclaré "pas du tout favorable" à l'ouverture des hypermarchés le dimanche. «Je suis favorable à l’ouverture des magasins alimentaires et beaucoup moins, voire pas du tout pour les hypers». Le débat prend de l'ampleur après que le Premier ministre se soit déclaré en faveur de l'ouverture de magasins 12 dimanches par an sur France 2. Et alors que le projet de loi Macron, qui prévoit l'élargissement de l'ouverture dominicale, va être présenté en Conseil des ministres mercredi 10 décembre.

A l'opposé des fédérations de commerçants

Les déclarations de Georges Plassat sont d'autant plus décapantes que la Fédération du commer'ce et de la distribution (FCD), le Conseil du commerce de France (CDCF), la Fédération du commerce associé (FCA) sont mobilisées pour l'ouverture du dimanche, y compris pour des grands magasins alimentaires comme Monoprix. Le projet de loi leur convient dans les grandes lignes. Il prévoit la possibilité à tous les magasins d'ouvrir 12 dimanches par an, dont 5 librement et 7 soumis à autorisation du maire. Même si ces fédérations préferaient que les 12 dimanches soient choisis librement par les commerçants.

Un petit avantage concurrentiel à la clé ?

Georges Plassat a ajouté qu’il ne serait «pas complétement inutile» d’ouvrir les commerces en soirée «alors que les femmes travaillent et que les gens considèrent parfois qu’aller dans les magasins est distrayant». L'ouverture tardive est aussi dans le projet de loi Macron, mais il ne concernerait que les magasins situés dans des zones commerciales ou touristiques. La position de Georges Plassat sur son opposition à l'ouverture des hypermarchés n'est peut-être pas totalement dénuée d'arrière-pensée. En effet, son groupe dispose d'une grande quantité de magasins de proximité ou de supermarchés, en plus des hypermarchés. Les premiers pourraient donc ouvrir le dimanche, et pas les seconds, coûteux à exploiter. Et, cerise sur le gâteau, Leclerc ne pourrait pas ouvrir non plus, le co-leader du marché n'ayant que des hypermarchés et pas de magasins de proximité ! Voilà qui pourrait procurer un petit avantage concurentiel à Carrefour. Qui vient d'ailleurs de reprendre les 800 magasins Dia, qui ne sont pas soumis à la hausse de la Tascom...

"Il faut équilibrer nos observations"

Ce n'est pas tout. Concernant la hausse de 50% de la Tascom pour les grandes surfaces de plus de 2500 m2, votée à l'Assemblée nationale, à l’initiative de députés de gauche voulant ainsi corriger certains «effets d’aubaine» du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), George Plassat se démarque aussi. "La hausse de la Tascom n’était pas indispensable, mais il faut équilibrer nos observations dans ce domaine», précisant que Carrefour devrait percevoir "110 millions d’euros au titre du CICE en 2014".

"On est chez les fous"

Cette position tranche avec celle de la FCD - dont Carrefour est un des plus gros contributeurs - et qui a décidé mercredi de suspendre la mise en oeuvre d’un accord sur les contrats de génération prévoyant 30.000 embauches, en représailles au vote des députés. Et alors même que la bataille n'est pas complétement perdue, puisque la hausse sera probablement rejetée par les sénateurs, en fin de semaine, lors de l'examen du projet de loi de finances rectificative...Et évidemment, Georges Plassat se démarque de Michel-Edouard Leclerc, qui s'était étranglé de cette mesure sur son blog : "Tascom, encore une hausse de la fiscalité, on est chez les fous", écrivait-il, tout récemment.

source:sur LSA

Commenter cet article